Image Image Image Image Image
Scroll to Top

To Top

Concert #6 – Laurence Dreyfus / Christian Rivet

LAURENCE DREYFUS et CHRISTIAN RIVET

Dessus de viole / archiluth

Vendredi 3 août 2018 | 17h30 |Musée de Bibracte, Saint-Léger-sous-Beuvray | Concert découverte


Laurence Dreyfus, dessus de viole, né dans une famille de musiciens, a appris à lire la musique avant même qu’il ne lise l’anglais. Son père jouait du violon à l’Orchestre de Philadelphie, et sa mère était mezzo-soprano à l’opéra. Laurence enfant jouait du piano et du violoncelle, et semblait destiné à la musique de chambre, ayant été formé par Edgar Ortenberg, membre du fameux quatuor de Budapest pendant les années 1940. À l’adolescence, Laurence acheta un obscur enregistrement des sonates en trio de Buxtehude et, tombé sous le charme de la sonorité de la viole de gambe, se jura d’en jouer un jour.

Ses talents le menèrent à la prestigieuse Julliard School de New York, où il étudia le violoncelle avec le légendaire violoncelliste Leonard Rose et où il participa à la création d’un ensemble qui allait devenir le quatuor Emerson. Ayant quitté le conservatoire pour suivre des études en politique et en théologie, il revint bientôt à la musique en menant un PhD en musicologie à l’université Columbia où il travailla sous la supervision de Christoph Wolff, important chercheur sur J.S. Bach. Dans le même temps, Laurence commença l’apprentissage de la viole de gambe pour finalement rejoindre la classe de Wieland Kuijken au Conservatoire Royal de Bruxelles. Il y obtint deux diplômes d’exécution, le second « avec la plus haute distinction ».

Une double carrière de musicologue et de concertiste l’a entrainé dans le monde entier pour des recherches en histoire de la musique, des concerts, des conférences et des cours d’exécution. Laurence a tenu des chaires à Yale, Stanford, Chicago, au King’s College de Londres, et plus récemment à Oxford et au Magdalen College. En 2002 ses recherches académiques sur Bach et Wagner ont été reconnues par  sa nomination à la British Academy.

Son installation en Angleterre au début des années 1990 a suscité un désir brûlant de former un ensemble que Laurence dirigerait du dessus de viole. Il lui a fallu plusieurs années pour trouver des joueurs qui partagent son enthousiasme pour la musique ancienne anglaise et enclins à expérimenter une approche radicalement nouvelle. Phantasm a ainsi été créé en 1994 dans le but de sortir du statu quo en développant un son riche et vibrant basé sur des pratiques historiques, la maîtrise technique du jeu de cordes, et en empruntant les traditions expressives des quatuors du début du XXe siècle comme les Flonzaley et Busch. La musique ancienne, dans cette perspective, loin d’être enfermée dans un ghetto, se relie intimement à l’exécution de la musique classique et même contemporaine en apportant à la connaissance du public l’éclairage de Byrd, Gibbons, Locke et Lawes.

Pendant de nombreuses années, Laurence a joué de la viole et du violoncelle baroque avec les figures majeures de la musique ancienne et a donné des master classes d’été en Norvège, au Portugal et aux USA.

Avec trois ouvrages bien reçus – deux sur JS Bach et un sur Wagner – et avec plus de vingt enregistrements, dont de nombreux ont été récompensés, Laurence a décidé de s’installer à Berlin, où il avait fait de nombreuses années auparavant des recherches de doctorat sur JS Bach, des deux côtés du mur. Après presque 25 ans en Angleterre, Berlin lui sert de base pour explorer, exécuter et enregistrer des nouveaux répertoires.

 

Christian Rivet fait ses études au CNR de Metz dans les classes de guitare, direction d’orchestre, écriture et musique de chambre. Durant cette période, il rencontre le luthiste Hopkinson Smith, qui lui donne les clefs d’une démarche à la fois personnelle et respectueuse des styles. Instruments « anciens » et « modernes » ainsi conjugués aiguiseront désormais sa réflexion.

Titulaire des plus hautes récompenses, il est admis en 1984 au CNSMDP de Paris dans la classe d’Alexandre Lagoya. Après avoir obtenu les premiers prix de guitare et musique de chambre (1987 et 1988), il entre à l’unanimité en cycle de perfectionnement et bénéficie dès lors des conseils déterminants du guitariste Alvaro Pierri, des Ilûtistes Michel Debost et Aurèle Nicolet.

Fort de rencontres majeures qui illustrent son parcours – Leonard Bernstein, Pierre Boulez, Peter Eötvös, Pascal Dusapin, Jean-Paul Roussillon et Jean Echenoz –, fort des concerts donnés en France ou à l’étranger dans des festivals prestigieux en soliste ou aux côtés de ses partenaires Emmanuel Pahud, le Quatuor Sine Nomine, Michel Portal ou encore Laurent Korcia, fort de sa perception “originale” du monde, Christian Rivet nourrit sa passion pour les couleurs sonores et étudie avec autant d’intérêt la musique et la littérature. En 1985, il obtient le premier prix de poésie au concours international de la Ville de Toulouse.

Il est engagé par France Culture et compose régulièrement des musiques originales pour le théâtre (Festival d’Avignon).

Lauréat de plusieurs concours internationaux, titulaire du CertiIicat d’aptitude de guitare (premier nommé), chargé par le ministère de la Culture de la préparation aux concours nationaux, il participe à des master-classes internationales, enseigne la musique de chambre, le luth et la guitare dans les conservatoires de la Ville de Paris et s’occupe de la direction artistique du Festival « Le Vent sur l’ Arbre » depuis 2007.

Christian Rivet a réuni les compositeurs Robert de Visée (guitare baroque) et André Jolivet (guitare moderne) sur un disque édité par Zig-‐Zag Territoires. Cet enregistrement a été récompensé par la presse spécialisée (10 de Classica-‐Répertoire).

Son dernier enregistrement « 24 Ways upon the Bells » (John Dowland, Benjamin Britten,John Playford et Les Beatles) édité par Naïve a été nommé meilleur enregistrement de l’année par le journal « Le Monde ».

Quelques étapes de la saison 2016/2017 : Récitals en Europe avec le luth renaissance (au Konzerthaus de Vienne, au Wigmore Hall de Londres notamment), tournée de concerts aux USA, au Japon, en Chine avec le Ilûtiste Emmanuel Pahud (Ils ont enregistré dernièrement « Around The World » chez Warner Classics récompensé par la critique), travail en collaboration avec des compositeurs contemporains (Toshio Hosokawa, Philippe Hersant ; Paradiso pour archiluth solo et choeur a été créée en juin 2015 à l’abbaye de Fontevraud. ) afin d’élargir le répertoire du luth et de la guitare.

Cette saison sera consacrée plus particulièrement à la composition: création du concerto de flute “At the Edge of the Wind” dédié à Emmanuel Pahud (MC2 Grenoble, janvier 2018), de “Étoile Double“ pour violoncelle, contrebasse et ensemble (Philharmonie de Paris , 9 mars 2018, ensemble intercontemporain dir. Matthias Pintscher.)

“Cinq secondes d’Arc” sera enregistrée par l’Orchestre Philharmonique de Radio-France à la fin de cette année. (Alla Breve).

Christian Rivet prépare actuellement un cycle de pièces pour le luthiste Hopkinson Smith, un concerto pour le clarinettiste Paul Meyer ainsi qu’une pièce orchestrale pour le violoncelliste Jean-Guihen Queyras.

Les œuvres de Christian Rivet sont publiées aux Éditions Durand.

Quelques images comme autant de métamorphoses du Son.

 

Il est directeur artistique du festival Le Vent sur l’Arbre.

PROGRAMME

WILLIAM BYRD (1540-1623)
–  La verginella (Ariosto)
– All as a Sea,
– Deux Fantaisies à trois. Rejoice, In fields abroad

ELWAY BEVIN (1554-1638)
– Browning

CHRISTOPHER SIMPSON (1602-1669)
– Prélude en mi mineur

TOBIAS HUME (1579-1645)
– Life
– Touch me Lightly
– Good again

CHRISTOPHER SIMPSON (1602-1669)
– Prelude and Division en ré mineur

WILLIAM BYRD (1540-1623)
– Kyrie, Sanctus, Agnus, (extraits de la Messe à 4 voix)

JOHN DOWLAND (1563-1626)
– Mr Dowland’s Midnight
– Mr Winter’s Jump
– Lady Hundson’s Puffe
– Sit John Smith, His Almain
– Mrs Vaux’s Galliard
– On Walsingham
– Round Battell Galliard

RICHARD MICO (1590-1661)
– Pavan no. 3 à quatre

WILLIAM BYRD (1540-1623)
– Though Amaryllis dance in green

Au sujet du programme

Sous le règne de la reine protestante Elizabeth I, les anglais catholiques, alors appelés « réfractaires », ont été persécutés en raison de leur dévotion et de leur foi traditionnelle.

Leur rites, comme la célébration de la messe en latin, étaient prohibés par la loi, et même la noblesse catholique qui prêtait allégeance au roi pouvait être suspectée de sédition ou accusée d’abriter des agents du pape.

La famille aristocratique Petre, de Ingatestone Hall (Essex), où l’élève de Byrd Richard Mico était le musicien résidant, est allée jusqu’à construire une chapelle secrète cachée derrière des portes dérobées. Des prêtres jésuites proscrits y officiaient devant les fidèles, avant que certains d’entre eux comme Edmund Campion fussent arrêtés, torturés et exécutés d’horrible manière en public à Londres pendant la décennie 1580.

Les réfractaires anglais durent rester prudents et éviter d’attirer l’attention même pendant l’ère jacobéenne suivante, cependant plus libérale, sous Jacques 1er.

William Byrd et John Dowland étaient chacun catholiques, et Byrd en particulier était associé à la maison Petre ainsi qu’à la riche famille Paston.

Robert Paston (1550-1630) vivait dans un « manoir rose » de la campagne du Norfolk. Il y a transcrit une partie considérable du répertoire de Byrd pour luth et voix seule, dont certains morceaux étaient basés sur des textes relatifs à la minorité catholique.

Dans ce programme, nous recréons l’ambiance intime, souvent mélancolique, de compositions parfois secrètes, pour deux joueurs, alors données dans l’une de ces grandes maisons réfractaires.

Une partie de cette musique, comme celle extraite des Lachrimae de Dowland est un arrangement de celle composée pour des ensembles à cinq violes et luth qui est elle-même basée sur des chants de Dowland pour voix et luth, tandis que d’autres morceaux sont des arrangements à la manière de Robert Paston de pièces pour petit ensemble de violes ou pour soprano et quatre violes.

Par conséquent, les deux instruments changent de rôle tout au long du concert, jouant parfois leur partie originale, parfois des parties chantées seul ou en chœur, et à d’autres moments évoquant des ensembles plus importants entendus aux époques Élisabéthaine et  Jacobéenne dans le cercle intime des mélomanes éclairés.

Laurence Dreyfus

En partenariat avec
RÉSERVER POUR CE CONCERT

LAURENCE DREYFUS / CHRISTIAN RIVET

Vendredi 3 août 17h30, Musée de BIBRACTE







Placement libre

* Pensez à réserver les places pour vos enfants de moins de 16 ans, en indiquant le nombre dans la case ci-dessus.

4+jo4b/LLVkXb+LzlUrmHEPNZRI70oPeK7G6V6gQJB4=